La recherche vocale va dicter le référencement du futur

Le recours à la recherche vocale est devenu une tendance qui tend à conquérir le quotidien de tous. Selon Google, 20 % des requêtes sur mobiles sont vocales en 2018.Si l’on considère le fait que les Smartphones et les tablettes représentent aujourd’hui 60 % du trafic en ligne, il est clair que l’engouement pour la recherche vocale […]


Le recours à la recherche vocale est devenu une tendance qui tend à conquérir le quotidien de tous. Selon Google, 20 % des requêtes sur mobiles sont vocales en 2018.Si l’on considère le fait que les Smartphones et les tablettes représentent aujourd’hui 60 % du trafic en ligne, il est clair que l’engouement pour la recherche vocale se reflétera d’ici peu et influencera l’univers du marketing digital. En matière de référencement, l’utilisation de cette technologie changera à jamais la manière de concevoir des contenus optimisés SEO. Qu’est-ce que la recherche vocale et comment optimiser le site pour ce type de requête ?

Qu’est-ce que la recherche vocale ?

La recherche vocale est une technologie permettant de présenter oralement une requête à un appareil mobile.

La recherche vocale est une technologie permettant de présenter oralement une requête à un appareil mobile. Plus pratique que la recherche textuelle, la recherche vocale nécessite deux éléments pour fonctionner convenablement sur les dispositifs portatifs : une connexion internet et un logiciel pour transmettre la requête vocale à l’index. La réponse s’acquiert instantanément et au lieu d’atterrir sur un SERP classique occupant toute une page, l’utilisateur obtient directement le résultat le plus pertinent pour sa requête. Plusieurs assistants numériques ont été conçus pour faciliter l’interaction des utilisateurs avec la recherche vocale : Cortana, Alexa, Siri, Google Now ou encore Google Assistant. En 2018, 90 % des Smartphone Apple sont équipés de ces fonctionnalités par défaut.

Dérivée de la commande vocale

À l’origine de la recherche vocale, la commande vocale est une technologie relativement récente. Sa première apparition date des années 80 avec les fameuses « dictées magiques » de Texas Instruments, qui ont largement mérité leur place sous les sapins de Noël. Les premiers téléphones à commande vocale ont rejoint les boutiques d’appareil électronique en 2007 avec, notamment, Siri d’Apple. Google a dévoilé« speak now » un an après(2008).Avec le développement des assistants personnels tels que Cortana (sur Microsoft), Alexa (Amazon), ou encore Bixby (Samsung), le nombre d’acteurs dans le secteur de la commande vocale frôle le millier. Mais qu’est ce qu’une commande vocale concrètement ?

Il s’agit d’un système informatique, constitué d’un matériel et d’un logiciel capables d’analyser et de transcrire, sous forme d’un texte, les paroles captées à l’aide du microphone équipant le dispositif. Grâce aux récents progrès de la machine learning, ces technologies ont aujourd’hui une meilleure compréhension du langage naturel. Microsoft l’a démontré en août 2016 avec l’intelligence artificielle Cortana, égalant désormais les capacités de compréhension humaine.

Un phénomène qui prend de l’ampleur

Suite à l’accroissement des assistants personnels, la majorité des Smartphones est actuellement capable d’effectuer des recherches vocales. Les utilisateurs étant plus enclins à recourir au mobile qu’à l’ordinateur, les requêtes vocales représentent désormais 20 % des recherches. D’après Google U.K, 42 % des internautes avaient recours quotidiennement à la recherche vocale en 2016,si ce taux atteignait à peine 25 % il y a 4 ans. De nos jours, 83 % des mobinautes s’accordent à dire que l’utilisation de la voix facilite la recherche sur internet et 45 % sont persuadés que la voix est l’outil de recherche du futur.

Quelles conséquences sur le SEO ?

Les recherches vocales et textuelles sont différentes et cela aura forcément un impact sur le SEO.

Par essence, les recherches vocales et textuelles sont différentes et cela aura forcément un impact sur le SEO. D’ailleurs, la recherche vocale est citée régulièrement comme une des priorités de la stratégie SEO en 2018.D’ici 2020, 50 % des recherches sur internet seront vocales, et cela, suite à 3 raisons :

  • 30 % des internautes ont recours à la recherche vocale pour obtenir des résultats plus vite
  • 24 % l’utilisent pour s’épargner de la saisie digitale
  • 12 % en sont devenus fans puisqu’elle permet d’éviter la navigation sur un site web.

Les techniques de référencement émergentes consisteront donc à optimiser les contenus pour les mobiles et aussi pour les recherches vocales. Le fonctionnement des assistants vocaux personnels comme Siri ou Amazon Echo ont également révolutionné la manière par laquelle les recherches sont effectuées. Au lieu de saisir l’expression « Coiffeur Lyon », par exemple, les internautes posent une question plutôt dans le style : « Google, où devrais-je aller pour me couper les cheveux à Lyon? ». Voici les changements les plus certains :

Requête plus orientée vers une conversation

La première modification touche le style de requêtes. Les requêtes vocales sont plus tournées vers l’interaction et la conversation. Les requêtes concises et unidirectionnelles appartiendront dorénavant aux recherches sur desktop. En effet, dans une recherche vocale, les gens s’expriment plus naturellement, comme s’ils s’adressaient à une personne physique. Par conséquent, les requêtes s’allongent et passent d’un groupe de 3 mots-clés à de véritables phrases complètes. Les mots d’interrogation tels que« combien », « où » et« comment »seront incontournables dans toutes les recherches et la  longue traîne sera adaptée au langage parlé. Du point de vue technique, les outils permettant de développer un langage plus naturel tel que Rank Tracker vont émerger.

Des recherches « localisées »

Comparées aux recherches textuelles, les requêtes vocales sont habituellement utilisées pour la recherche locale. Selon Google, 22 % de ces requêtes sont utilisées pour s’informer sur un endroit précis, situé géographiquement. D’autres éléments confirment cette tendance, notamment le fait que les visiteurs mobiles effectuent leur recherche pour s’orienter en temps réel à l’aide de la géolocalisation sur leur smartphone. La recherche d’itinéraire tend aussi à favoriser l’utilisation de la recherche vocale à titre locale. Google affirme qu’un tiers des recherches vocales sont effectuées en voiture. Les boutiques physiques doivent donc, dès à présent, mettre à jour leurs fiches sur les sites de Google Business, d’Yelp ou encore de Pages jaunes, en intégrant les mots-clés vocaux que les utilisateurs emploient souvent pour les retrouver.

Optimiser un site pour la recherche vocale : 3 étapes sont incontournables

L’optimisation d’un site ou d’un contenu pour la recherche vocale va s’effectuer en 3 phases :

  • L’optimisation du site pour les appareils mobiles
  • L’optimisation des mots-clés
  • L’optimisation de la position zéro (Featured snippet)

Optimisation pour le mobile

Pour qu’un site soit optimisé pour les recherches vocales, il lui est impératif d’être adapté aux appareils mobiles. À cet effet, un test est prescrit pour évaluer le niveau d’adaptation du site aux dispositifs mobiles. Google mobile friendly test est l’outil idéal adapté, montrant également les points à améliorer. Ensuite, il faut maximiser la vitesse de chargement des pages. GT Metrix est excellent pour situer le site dans le standard mobile speed. Enfin, il faut prendre soin du contenu et de l’expérience utilisateur sur le mobile : adapter l’affichage aux écrans de petite taille, rédiger des articles avec de courts paragraphes, privilégier les tableaux et listes à puces, réajuster la dimension des boutons, etc. À l’issue de cette étape, un test sera nécessaire pour avoir une idée du résultat sur différents types d’appareils et d’écrans.

Optimisation des mots-clés

Puisque la recherche vocale exploite le langage conversationnel, les mots-clés doivent s’adapter en conséquence. La  longue traîne est largement utilisée pour optimiser les sites aux recherches vocales suite à sa structure proche du langage naturel. La première étape consiste donc à concevoir une liste de mots-clés « longue traîne » et les hiérarchiser. Ensuite, il faudra définir une sémantique pour chaque contenu. Afin de garantir l’apparition du site dans les résultats vocaux, il serait préférable d’utiliser le langage conversationnel dans les titres et les sous-titres tels que : « L’astuce révolutionnaire pour apprendre le chinois plus vite » ou « Qu’est-ce que le management ? » ou encore « C’est quoi un trader ? ». Il faut minimiser les articles écrits dans des styles de rédaction trop académiques.

Optimisation de la position zéro (Featured snippet)

Le featured snippet ou position zéro est le résultat du SERP répondant directement à la requête saisie dans l’omnibox. Affiché toujours en première page, le featured snippet propose un extrait du contenu faisant office d’aperçu pour l’utilisateur. Les dispositifs sans écrans tels que Google Home ou Amazon Écho lisent ces extraits à leur apparition. Lorsque ces types d’assistants recourent aux réponses orales, la première position du SERP n’est plus pertinente sauf si le contenu est optimisé pour la position zéro. Pour ce faire, il faut :

  • Déterminer l’intention du visiteur sur chaque mot-clé et axer le contenu sur le mot-clé qui renvoie à une forte intention informationnelle.
  • Établir une liste de ces contenus affichés en première page et focaliser l’optimisation sur ces derniers. Allez sur Google Search Console, puis dans l’onglet « Trafic de recherche », sélectionnez « Analyse de la recherche ». Ensuite, cochez la case « Position » pour afficher les positions moyennes des pages. Cliquez sur le bouton « Pages » et enfin sur chaque résultat ayant un classement moyen inférieur à 10. Cliquez sur « requêtes » pour identifier les mots-clés qui résultent de la page sélectionnée.
  • Identifier les mots-clés optimisés pour la position 0 : repérez les types de requêtes qui aboutissent aux snippets. Inspirez-vous des sites en réponse à ces requêtes pour formuler votre contenu optimisé position 0.
  • Si des contenus sont déjà optimisés pour cette place, il faudra examiner leurs contenus afin de déterminer ce qui les empêche d’avoir la pertinence exigée par Google et apparaître naturellement dans les résultats vocaux. Vous pouvez ajouter des images, renforcer les mots-clés utilisés pour la featured snippet, reformater le contenu en privilégiant les listes à puces, les tableaux et les paragraphes en petits fragments.
Share on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Facebook
(Visited 3 times, 1 visits today)

Autre articles