Les 10 critères de référencement Google les plus importants

Le référencement est un ensemble de techniques en constante évolution. Si dans les années 2000, la présence du mot-clé dans les balises méta suffit à propulser votre site en première page de Google. Il faudra tenir compte de quelques centaines de critères pour espérer obtenir un bon ranking. Comment référencer un site ou une page en […]


Le référencement est un ensemble de techniques en constante évolution. Si dans les années 2000, la présence du mot-clé dans les balises méta suffit à propulser votre site en première page de Google. Il faudra tenir compte de quelques centaines de critères pour espérer obtenir un bon ranking. Comment référencer un site ou une page en 2019 ? Les réponses.

Critère SEO Google N° 1 : l’autorité de la page

L’autorité de la page est le critère qui influence le plus le ranking sur Google. Il se réfère au degré de crédibilité du site aux yeux de Google. L’autorité est conditionnée par le profil backlinks du site.

En général, plus les liens entrants pointant vers la page est de qualité, plus grande sera son autorité. Voilà pourquoi il est difficile de trouver les tout nouveaux sites sur Google.

Pour améliorer l’autorité, il faudra essayer d’acquérir le plus de liens entrants de qualité possible vers chaque page du site web.

Très pratique, la stratégie de maillage de liens profonds tend aussi à augmenter l’autorité de chaque page.

Comment accroitre l’autorité d’un domaine ou d’un site web ?

Lorsqu’on veut accroître l’autorité du domaine tout entier, il faudra commencer par une optimisation on-site ; c’est-à-dire créer des contenus plus orientés vers l’utilisateur. C’est l’action qui donne le résultat le plus rapide. Après, il faut penser à bien structurer le site

  • En essayant de maintenir une structure facile d’utilisation
  • En soignant les textes d’ancrage
  • En mettant en place un site map
  • En gardant un nombre raisonnable de liens

Quels sont les actions à entreprendre pour augmenter l’autorité d’un site web ?

L’action qui s’en suit devrait être axée sur le contenu :

  • Créer des articles traitant de sujets nouveaux
  • Créer des textes pertinents à l’activité du site
  • Minimiser le remplissage dans les articles déjà mis en ligne

Critère de référencement Google N°2 : pertinence des liens

Disposer d’une bonne quantité de lien ne suffit pas. Il faut que ces liens soient pertinents. Google accorde une importance particulière à ce détail. Quelques critères déterminent la pertinence d’un lien : la thématique entre autres.

En effet, les liens pointant vers un site doivent provenir des blogs traitant la même thématique ou, au moins, appartenant au même domaine d’activité. En d’autres termes, pour une agence de rencontre voulant référencer son site avec des contenus sur les techniques de rencontre sur Internet, les liens entrants devront provenir des sites d’autorité supérieure publiant du contenu sur les mêmes sujets.

La pertinence des liens revêt une importance particulière dans la mesure où le site est nouveau dans le domaine. Elle détermine la capacité d’un site ou d’une page à intéresser les visiteurs.

En principe, plus les liens sont pertinents, plus la chance que le site soit visité est grande. Régie dans les principes du netlinking, l’acquisition d’un lien pertinent demande un effort considérable, notamment depuis que l’engagement dans un programme d’échange de liens est pénalisé par Google.

Critère SEO N°3 : la taille du contenu publié

Cela peut étonner d’apprendre que le contenu constitue l’un des facteurs les plus déterminants pour le SEO. Après l’autorité du domaine, il est le deuxième critère qui pèse le plus pour Google.

Avec un contenu d’excellente qualité et une stratégie de netlinking bien pensée, la visibilité sur le web est 25 % assurée.

Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises s’appuient sur le marketing de contenu pour être bien référencées. Du côté e-commerce, la création de description produit de qualité est désormais très tendance pour optimiser les taux de conversion sur site.

Cet engouement a toutefois créé des problèmes, car maintenant, 93 % des commerçants B2B ont recours au marketing de contenu rendant la concurrence très rude.

Alors, comment assurer que contenu soit capable de sortir du lot ? La technique du contenu long, plus détaillé, et profond a toujours fonctionné. Une longueur supérieure à 2 000 mots serait idéale pour le référencement.

Cela va beaucoup se jouer sur la capacité du rédacteur à intéresser le lecteur ; car en général, plus c’est long, plus c’est ennuyeux ! Tant qu’on peut capter l’attention du lecteur jusqu’à la fin de l’article, ce sera parfait.

Critère N°4 : la valeur ajoutée du contenu

Google est excellent dans l’évaluation de la qualité des contenus au point de disposer de métriques capables d’évaluer la valeur de votre texte. Jusqu’à l’heure actuelle, personne ne connaît le fonctionnement de ces métriques utilisant des algorithmes.

Une chose est sûre, les contenus de faible qualité offrant peu ou pas de valeur ajoutée pour les lecteurs seront très vite déclassés sur le moteur de recherche. Le référencement exploite cette règle pour mieux classer les sites qui ont investi dans de vrai contenu sur Google.

Le dernier mis à jour de Google Penguin en 2014 a peut-être révélé une partie sur la façon dont le moteur évalue la valeur ajoutée des pages web.

Lancé en 2012, ce filtre étudie en effet les fermes de liens et les fermes de contenu qui sont des contenus de faible valeur truffés mots-clés, mais sans grande importance pour les lecteurs. La mesure est sans doute effectuée au niveau du rapport pertinence/taux de rebond sur la page. Pour le référencement, le contenu idéal serait donc celui qui conjugue bon nombre de mots-clés et très faible taux de rebond.

Toujours en analysant le fonctionnement de Penguin, la valeur ajoutée serait aussi évaluée sur la base de l’originalité. Même si le contenu allie mots-clés à la bonne occurrence et taux de rebond faible, mais dupliqué, alors, il ne sera pas toujours référencé. L’index de Google préfère attribuer un meilleur classement aux sites qui proposent du contenu pertinent et unique. Il est recommandé d’ajouter la balise “noindex” sur les pages avec un contenu dupliqué ou de faible qualité.

Critère SEO N°5 : le temps de visite moyen passé sur la page

Google accorde une attention particulière au temps que les gens passent sur une page lorsqu’il veut élaborer son fameux classement. Il associe la valeur des informations offerte par les pages à la durée moyenne des visites au cours d’une période.

Pour bien référencer un article, il faudra alors miser sur la qualité des informations à proposer aux lecteurs. La plupart des blogs affichent un taux de rebond moyen entre 70 et 98 %. Si l’on parvient à descendre au-dessous de la barre des 50 %, ce sera parfait ! Sur Google, les pages ayant les plus faibles taux de rebond sont celles proposant des informations instructives et intéressantes : les tutos, et les blogs de conseils d’experts par exemple.

Critère Google N°6 : l’autorité du domaine

L’autorité du nom de domaine d’un site joue un rôle clé dans son référencement. Alors, il faudra le renforcer au plus vite. Cela paraît simple à dire, mais difficile d’exécution étant donné que le site devrait être au top sur 40 différents signaux de classement pour espérer un bon classement.

Google attribue un score de 1 à 100 à l’autorité d’un domaine. 1 : pour les sites méconnus ou pénalisés et 100 pour les domaines de renommée mondiale tels que Facebook. Évidemment, plus l’autorité d’un domaine est élevée, meilleur sera son classement sur Google.

Un grand nombre d’experts en référencement estiment que le fait d’essayer d’améliorer l’autorité du domaine n’est qu’une perte de temps, car cela dépend de l’âge du nom de domaine et d’un nombre incalculable de critères dont la manipulation relève de la compétence d’un génie en informatique.

Il y a toutefois quelque chose à faire pour propulser rapidement votre autorité de domaine : à savoir, essayer d’obtenir le maximum de liens entrants de haute qualité et pertinents ou encore disposer régulièrement et intelligemment les mots-clés cibles tout au long de l’article. Voilà pourquoi les géants investissent autant sur le content marketing.

Critère de référencement N°7 : les mots-clés dans les balises title

Les mots-clés sont vitaux pour le classement d’un site. Sans eux, il est pratiquement impossible de faire apparaitre un contenu sur Google, notamment en première page.

Google considère tous les mots-clés insérés dans un contenu en mettant l’accent sur ceux inclus dans les balises title. La place des mots-clés a aussi une signification particulière pour Google.

Entre celui placé au début de phrase dans le title et celui à la fin, la différence se fait beaucoup ressentir dans les classements. Pourquoi ? Parce que cela permet aux robots de Google de comprendre le sujet plus vite.

Critère SEO Google N°8 : positionnement et pertinence des mots-clés

Google est aussi très attentif à la manière dont les mots-clés sont positionnés dans la page au point de considérer cela parmi ses plus importants critères de référencement.

Pour rappel, Googlebot vérifie soigneusement les mots-clés dans l’URL, dans le corps du texte et dans les balises H1, H2 et H3. Placés à ces endroits, les mots-clés permettent d’indiquer à Google que l’article est résolument axé sur ces mots-clés cibles.

Il faut toutefois faire attention, car si le contenu ne correspond pas exactement à ces mots-clés, le site sera pénalisé.

Le temps est révolu où Google accordait plus d’attention à la densité des mots-clés. Aujourd’hui, il se focalise davantage sur la pertinence des mots-clés. Alors, que doit-on faire ?

  • Structurer intelligemment la page à l’aide de mots-clés cibles pertinents au sujet.
  • Positionner les mots-clés dans les tout premiers 100 mots ainsi que dans les balises H1/H2/H3 et dans l’URL de la page.
  • Surtout, il ne faut pas oublier d’inclure les principaux mots-clés au début de phrase des balises meta.

Critère de visibilité N°9 : la vitesse de chargement de la page

La lenteur du chargement affecte considérablement le référencement des pages. En fait, un délai d’une seconde supplémentaire en temps de chargement de page diminue le taux de visualisation de la page de 11 %.

Pire encore, d’après Google, 25 % des visiteurs abandonnent le site si le temps de chargement dépasse les 4 secondes.

En quoi cela impacte-t-il le classement ? Il faut se rappeler que Google prend l’expérience utilisateur très au sérieux. Aussi, il pénalise les sites qui tendent à détériorer cela, en l’occurrence ceux qui prennent du temps à charger.

De nos jours, il est possible d’analyser la vitesse de chargement d’une page en utilisant par exemple les outils Test My Site et PageSpeed Insights sur Google.

Ensuite, en fonction du résultat, il faut prendre des décisions comme minimiser toutes les redirections ainsi que les fichiers CSS, HTML et JavaScript.

Pour les contenus avec des graphiques, il faudra réduire la taille des images sans les dénaturer, il y a encore beaucoup de corrections à faire pour atteindre une vitesse de chargement record et améliorer l’expérience utilisateur.

Critère de positionnement sur Google N°10 : le responsive design

En 2016, 51,3 % des internautes utilisent l’appareil mobile pour effectuer les recherches sur Internet. De quoi s’étonner si Google veut optimiser l’expérience utilisateur sur ces supports en privilégiant les sites au design responsive dans les résultats de recherche.

Par ailleurs, une étude menée par Google a révélé que 67 % des internautes privilégient les sites de telle qualité pour acheter en ligne et 61 % abandonnent carrément les sites non réactifs. Pour ceux qui ne sont pas familiers aux terminologies de Google, un site responsive web design peut s’adapter à tous types d’écran : ordinateur de bureau, laptop, tablettes, smartphones, …etc.

De la part du géant californien, une décision majeure se prépare : le lancement de mobile-first, l’index dédié aux appareils mobiles.

Le sondage effectué à ce sujet a d’ailleurs démontré que l’opinion publique est favorable à l’innovation. Dans les prochaines années, les sites devront être alors Mobile-Friendly pour espérer s’afficher en première page de Google.

Pour améliorer le référencement d’un site, voici la liste des scénarios qui ont le plus d’impact négatif sur le référencement sur Google :

  • Le site est jugé comme site d’hébergement pour contenus piratés.
  • Le site ou la page pratique le cloaking : contenu présenté au moteur est différent de celui présenté aux visiteurs humains.
  • Une grande partie du contenu sur le site est dupliqué (duplicate externe)
  • Les liens backlink proviennent des sites pénalisés ou douteux.
  • Les contenus sont de longueurs insuffisantes
  • Une publicité cache le contenu principal
  • Le temps de réponse du site dépasse la moyenne constatée dans le domaine
  • La majorité du contenu est dupliqué (duplicate interne)
  • Taux de rebond trop élevé : l’internaute visite la page, mais revient très vite sur les résultats de Google pour cliquer sur un autre résultat
  • Une majeure partie des liens est issue des sites traitant du sujet sans aucun rapport avec la thématique de la page.
  • Les liens pointant vers la page sont achetés ou artificiels
  • L’ancre de lien est suroptimisée.
  • Les mots-clés cibles sont excessivement utilisés dans le contenu.
Share on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Facebook
(Visited 2 times, 1 visits today)